AVERTISSEMENT: Les bureaux administratifs de la Ville sont présentement fermés pour les vacances estivales, nous serons de retour le 9 août, dès 8h30.

juillet 7, 2021

Buvons-nous des larmes de dinosaures?

Nous avons tous appris, à l’école, le cycle de l’eau. Les sources d’eau présentes sur la Terre, par l’évaporation, passent de l’état liquide à l’état gazeux, pour former les nuages et finalement revenir à l’état liquide, sous forme de pluie. Le principe est relativement simple et bien compris de tous.

Mais lorsqu’on s’y attarde, on comprend que l’eau que nous buvons ou que nous utilisons pour arroser la pelouse est la même eau, depuis plus de 4 milliards d’année. Traitée et recyclée des centaines de milliers de fois, elle revient sans cesse pour nous permettre de survivre.

Nous avons la chance de vivre dans un pays où elle est présente en abondance. Nous avons toutefois tendance à oublier que nous n’avons qu’un capital aquatique unique, pour l’ensemble de la planète et que la journée où il n’y en aura plus, il n’y aura pas de recette miracle pour en produire de la nouvelle. L’eau apparue sur Terre il y a plus de 4 milliards d’année est la seule que nous avons et la seule que nous aurons.

Il est facile de mettre ce principe de côté lorsque d’un simple tour de robinet, nous obtenons une eau claire et limpide en quantité plus que suffisante pour nos besoins. Cependant, il est important de saisir le parcours que cette eau doit faire pour arriver jusque-là!

Dans les prochaines pages, vous en apprendrez un peu plus sur le réseau d’eau potable qui alimente la Ville de Valcourt, le Canton de Valcourt, Racine, Bonsecours et Lawrenceville en eau potable. Également, nous vous partagerons des trucs pour économiser l’eau potable, de même que la réglementation en vigueur quant à son usage.

Et rappelez-vous, la prochaine fois que vous ouvrez le robinet pour prendre un verre d’eau, que celle-ci a peut-être déjà été… des larmes de dinosaure!

La source de notre eau potable :

L’eau potable distribuée dans les municipalités de Bonsecours, Lawrenceville, Canton de Valcourt, Racine et Ville de Valcourt provient du lac Bowker situé dans le Canton d’Orford. La qualité incomparable de l’eau puisée à cet endroit simplifie nettement les procédés de traitement. Puisée à 13 mètres de profondeur, l’eau est aspirée dans un bassin d’arrivée d’eau brute puis, est pompée par 2 pompes ayant une capacitée de 5 500 litres / minute vers le poste de désinfection de l’usine de production d’eau potable qui est également installée dans le Canton d’Orford. L’usine produit entre 1800 et 2500 mètres cube d’eau potable par jour afin d’alimenter le réseau régional en eau potable.

Usine de production d’eau potable :

Située dans le Canton d’Orford, aux abords du lac Bowker, l’usine de production d’eau potable traite l’eau du lac afin de la rendre conforme aux normes établies en ce qui a trait à l’eau potable. Un système de désinfection par rayonnements ultra-violet élimine les virus et les matières résiduelles à l’entrée du système de distribution (réservoir de Bonsecours). Puis, le système de désinfection à l’hypochlorite de sodium complémente le traitement aux UV pour éliminer complètement les virus et les matières résiduelles à l’entrée du système de distribution. L’usine de production d’eau potable appartient à la Ville de Valcourt, mais les municipalités parties à l’entente d’eau potable paient, chaque année, des sommes pour contribuer à son entretien. Ces sommes sont établies sous formes de quotes-parts, calculées selon plusieurs facteurs, notamment la population maximale possible et la consommation d’eau maximale possible.

Conduite régionale :

La conduite régionale, propriété de la Ville de Valcourt, transporte l’eau potable produite à l’usine de production d’eau potable au lac Bowker vers les 5 municipalités desservies par l’aqueduc. D’une longueur d’environ 17 km, elle traverse les terres d’est en ouest puis vers le nord-est en passant par le réservoir de 1 000 mètres cubes à Bonsecours, pour terminer sa course au réservoir Carpentier, pouvant contenir 4 000 mètres cubes, situé dans le Canton de Valcourt. Ces 2 réservoirs ont comme principales utilités de favoriser le contact suffisamment long avec le chlore, fournir de l’eau aux heures de pointe de consommation et de permettre une utilisation importante d’eau, rapidement, comme lors d’un incendie. Le réservoir de Bonsecours alimente en eau les municipalités de Bonsecours, Lawrenceville, Racine et une petite partie du Canton de Valcourt. Le réservoir Carpentier, quant à lui, alimente la Ville de Valcourt et la majorité du Canton de Valcourt. La conduite régionale est sous la responsabilité de la Ville de Valcourt, mais les municipalités parties à l’entente d’eau potable paient, chaque année, des sommes pour contribuer à son entretien. Ces sommes sont établies sous formes de quotes-parts, calculées selon plusieurs facteurs, notamment la population maximale possible et la consommation d’eau maximale possible.

Parcours de la conduite régionale :

Réseau local :

Si la conduite régionale appartient à la Ville de Valcourt, chacune des municipalités détient un réseau local, c’est-à-dire les tuyaux situés sous les rues qui alimentent les maisons, les industries et les commerces dans sa municipalités. Ce réseau local est sous la responsabilité de chacune des municipalités.

L’avis d’ébullition préventif :

L’avis d’ébullition préventif de l’eau est une mise en garde soulignant la possibilité de contamination de l’eau, appliqué notamment en cas de fuite. Lorsqu’une fuite est réparée, malgré toutes les précautions prises, il nous est impossible d’avoir la certitude qu’aucun contaminant n’a été introduit dans le réseau. Par prudence et selon les recommandations du ministère, nous avisons la population de la possibilité de présence de contaminants. Plusieurs villes choisissent de ne pas émettre d’avis d’ébullition préventifs et acceptent les risques reliés à la consommation de l’eau, si toutefois elle était contaminée. Dans la région, nous préférons être transparents et informer nos citoyens de la possible contamination. Lorsqu’une fuite survient sur la conduite régionale, l’ensemble des municipalités situées après la fuite sur le réseau doivent émettre un avis d’ébullition. Ceci-dit, comme nos réservoirs n’ont pas le même emplacement et les mêmes capacités, il est possible que certaines municipalités doivent émettre l’avis plus tôt que d’autres. Lorsqu’une fuite survient sur le réseau local d’une municipalité, seuls ses citoyens sont touchés. Lors d’un avis d’ébullition ou de la levée d’un avis d’ébullition, il est important de prendre l’information sur le site de sa municipalité et non des municipalités environnantes, puisque plusieurs facteurs peuvent affecter les avis émis. Pour qu’un avis d’ébullition préventif puisse être levé, il faut que les tests de conformité de l’eau soient favorables sur une période de 48h, sans quoi, la municipalité devra émettre un avis d’ébullition d’eau (et non un avis d’ébullition préventif) ou même, dans certains cas plus problématiques, un avis de non-consommation de l’eau.

Remplacement de la conduite régionale :

Il est vrai que des fuites surviennent parfois sur notre réseau régional.  Lorsque nous sommes touchés, ces fuites semblent récurrentes et répétitives, mais dans les faits, au cours des 20 dernières années, seules 11 fuites ont eu lieu sur le réseau régional, ce qui nous place en position favorable par rapport à d’autres municipalités et/ou grandes villes qui ont des fuites bien plus fréquentes. Notre réseau ayant été construit dans les années 70, l’a été selon les requis de cette époque. Le climat a beaucoup évolué en 50 ans et les périodes de froid, suivies de redoux marqués sont très dommageables pour un réseau d’aqueduc surtout lorsqu’il prend de l’âge. Ces changements climatiques fragilisent les infrastructures et causent parfois des bris. La Ville de Valcourt investit chaque année dans l’entretien de son réseau d’aqueduc régional, mais le remplacement de toutes les conduites de façon simultanée coûterait plusieurs millions de dollars. Pour le moment, le nombre de fuites survenues sur notre réseau, ainsi que les coûts reliés aux réparations de ces dernières, ne sont pas significatifs, voire très minimes aux yeux du gouvernement. De ce fait, il nous est impossible d’obtenir des subventions qui seraient nécessaires au remplacement de toute la conduite d’eau régionale qui, on le rappelle, mesure plus de 17km de longueur.

L’eau potable; une ressource inépuisable, vraiment?

Seulement 3% de l’eau présente sur Terre est de l’eau non-salée et donc consommable par les humains. De ce 3%, seuls 1% est facilement accessible, le reste étant coincé dans les glaciers. Vous comprenez donc qu’il est important de protéger cette ressource, essentielle à notre survie. La Stratégie Québécoise d’économie d’eau potable (SQEEP) vise à réduire le gaspillage de l’eau potable partout au Québec par des initiatives communes. Il est à noter que les Québécois sont les plus grands consommateurs d’eau du Canada, mais également les deuxièmes plus grands gaspilleurs d’eau au monde, juste derrière nos voisins américains. La consommation mondiale se situant à environ 40 litres d’eau par jour par habitant, cette consommation grimpe à 260 litres en moyenne au Québec et à 468 litres par jour par habitant à Valcourt (données de 2017).

Entre 2001 et 2017, la SQEEP a permis de réduire de 26% la consommation d’eau potable au Québec. D’ici 2025, l’objectif est de diminuer de 20% la consommation d’eau par rapport à 2015.

La réparation de fuites sur les réseaux de distribution a largement contribué à notre succès entre 2001 et 2017. Les réseaux les plus mal en point ont été réparés, tout comme les petites fuites, ici et là. D’ici 2025, nous ne pourrons pas miser simplement sur la réparation des fuites majeures pour atteindre notre objectif, puisque celles-ci ont déjà été réparées. Tous devront mettre l’épaule à la roue, en changeant certaines habitudes, pour atteindre ce nouvel objectif.

Pour consulter la Stratégie d’économie d’eau potable, visitez le https://www.mamh.gouv.qc.ca/fileadmin/publications/grands_dossiers/strategie_eau/strategie_eau_potable.pdf

Voici quelques pistes pour vous aider à réduire votre consommation d’eau potable :

  • Privilégiez les douches de 5 minutes aux bains et limitez le temps passé sous la douche à 5 minutes. Cela permettra d’économiser en moyenne 200 litres d’eau par semaine, par personne.
  • Pour laver vos légumes, remplissez l’évier d’eau plutôt que de laisser couler l’eau.
  • Si tous les Québécois utilisaient une toilette à faible débit, on économiserait l’équivalent de 50 000 piscines olympiques par année.
  • Si votre lave-linge ne le fait pas lui-même, veillez à choisir le bon cycle de lavage pour éviter d’utiliser beaucoup d’eau pour laver peu de linge !
  • Imprimer ses documents recto-verso permet d’économiser 10 litres par feuille.
  • Fermer le robinet en se brossant les dents permet d’économiser 350 litres d’eau par semaine, par personne.
  • Réutilisez l’eau de cuisson des légumes et des pâtes, de l’aquarium ou du déshumidificateur pour arroser vos plantes. Pour l’extérieur, rien ne vaut l’eau de pluie. Elle peut être récupérée et utilisée lors de journées plus sèches !
  • Placez un pichet d’eau au réfrigérateur plutôt que de laisser couler l’eau chaque fois que vous avez soif.
  • Vérifiez si votre toilette fuit en versant quelques gouttes de colorant alimentaire dans le réservoir d’eau. Si l’eau de la cuvette devient colorée, c’est que votre toilette fuit et peut probablement être réparée à faible coût.
  • Un boyau d’arrosage peut débiter jusqu’à 1000 litres d’eau à l’heure. Inutile de vous dire qu’il faut éviter de le laisser couler par terre le temps de savonner votre voiture !
  • Un gazon jaune n’est pas un gazon mort ! En cas de sécheresse, votre pelouse tombera en dormance afin de préserver l’eau nécessaire à ses racines. Il est inutile d’arroser le gazon, laissez la nature faire son travail.
  • Si vous faites la vaisselle à la main, remplissez l’évier d’eau savonneuse plutôt que de laisser couler l’eau. Si vous utilisez un lave-vaisselle, ne rincer pas la vaisselle avant de la disposer dans celui-ci et partez ce dernier uniquement lorsqu’il est bien plein.
  • Couvrez votre piscine d’une toile solaire pour réduire l’évaporation.
  • Évitez de trop remplir votre piscine pour éviter les éclaboussures.
  • Réparez rapidement les robinets ou les toilettes qui fuient !
  • Utilisez de la vieille eau de vaisselle pour rincer les contenants qui s’en vont à la récupération plutôt que d’utiliser de l’eau propre.
  • Pour nettoyer la cour, utilisez un balai ou une brosse plutôt qu’une machine à pression branchée sur l’aqueduc.
  • Ne soyez pas gêné de sensibiliser votre entourage si vous constatez du gaspillage d’eau potable de leur part. Ensemble nous pouvons faire une différence.

 

Voici les grandes lignes de la règlementation en lien avec l’utilisation de l’eau potable sur le territoire de la Ville de Valcourt :

  • L’arrosage manuel, à l’aide d’un tuyau muni d’un dispositif à fermeture automatique, d’un jardin, d’un potager, d’une boîte à fleurs, d’une jardinière, d’une plate-bande, d’un arbre et d’un arbuste est permis en tout temps.
  • L’arrosage des pelouses, haies, arbres, arbustes ou autres végétaux distribué par des asperseurs amovibles ou par des tuyaux poreux est permis uniquement de 20 h à 23 h les jours suivants :
      1. Un jour où la date est un chiffre pair pour l’occupant d’une habitation dont l’adresse est un chiffre pair ;
      2. Un jour où la date est un chiffre impair pour l’occupant d’une habitation dont l’adresse est un chiffre impair.
  • Quant aux systèmes d’arrosage automatique, il est permis d’arroser uniquement de 3 h à 6 h (matin) le dimanche, le mardi et le jeudi.
  • Un système d’arrosage automatique doit être équipé des dispositifs suivants :
      1. Un détecteur d’humidité automatique ou d’un interrupteur automatique en cas de pluie, empêchant les cycles d’arrosage lorsque les précipitations atmosphériques suffisent ou lorsque le taux d’humidité du sol est suffisant ;
      2. Un dispositif anti-refoulement à pression réduite pour empêcher toute contamination du réseau de distribution d’eau potable ;
      3. Une vanne électrique destinée à être mise en œuvre par un dispositif de pilotage électrique et servant à la commande automatique de l’arrosage ou du cycle d’arrosage. Celle-ci doit être installée en aval du dispositif anti-refoulement ;
      4. Une poignée ou un robinet-vanne à fermeture manuelle servant exclusivement en cas de bris, de mauvais fonctionnement ou pour tout autre cas jugé urgent. La poignée ou le robinet-vanne doit être accessible de l’extérieur.
  • Lors de son installation, il est permis d’arroser tous les jours aux heures prévues à cet article : une nouvelle pelouse, une nouvelle plantation d’arbres ou d’arbustes et un nouvel aménagement paysager pour une période de 15 jours suivant le début des travaux d’ensemencement, de plantation ou d’installation de gazon en plaques. L’arrosage d’une pelouse implantée à l’aide de gazon en plaques est permis en tout temps pendant la journée de son installation. Les propriétaires qui arrosent une nouvelle pelouse, une nouvelle plantation d’arbres ou d’arbustes ou un nouvel aménagement paysager durant cette période doivent produire les preuves d’achat des végétaux ou des semences concernées sur demande d’une personne responsable de l’application du présent règlement.
  • Il est interdit à toute personne d’utiliser de façon délibérée un équipement d’arrosage de façon telle que l’eau s’écoule dans la rue ou sur les propriétés voisines.
  • Le remplissage d’une piscine est interdit de 6 h à 20 h. Toutefois, il est permis d’utiliser l’eau de l’aqueduc à l’occasion du montage d’une nouvelle piscine pour maintenir la forme de la structure.
  • Le lavage des véhicules est permis en tout temps à la condition d’utiliser un seau de lavage ou un boyau d’arrosage muni d’un dispositif à fermeture automatique. Le lavage des entrées d’automobiles, des trottoirs, des patios ou des murs extérieurs d’un bâtiment n’est permis que du 1er avril au 15 mai de chaque année ou lors de travaux de peinture, de construction, de rénovation ou d’aménagement paysager justifiant le nettoyage des entrées d’automobiles, des trottoirs, des patios ou des murs extérieurs du bâtiment. Il est strictement interdit en tout temps d’utiliser l’eau potable pour faire fondre la neige ou la glace des entrées d’automobiles, des terrains, des patios ou des trottoirs.
  • Tout lave-auto automatique qui utilise l’eau de l’aqueduc doit être muni d’un système fonctionnel de récupération, de recyclage et de recirculation de l’eau utilisée pour le lavage des véhicules.
  • Tout ensemble de bassins paysagers, comprenant ou non des jets d’eau ou une cascade ainsi que des fontaines, dont le remplissage initial et la mise à niveau sont assurés par l’aqueduc, doit être muni d’un système fonctionnel assurant la recirculation de l’eau. L’alimentation continue en eau potable est interdite.
  • Tout jeu d’eau doit être muni d’un système de déclenchement sur appel. L’alimentation continue en eau potable est interdite.
  • Il est interdit de laisser couler l’eau en continue (purge), sauf si la Ville de Valcourt l’autorise explicitement, et ce, dans certains cas particuliers uniquement.
  • Il est strictement interdit d’utiliser l’eau potable pour l’irrigation agricole.
  • Il est interdit de se servir de la pression ou du débit du réseau de distribution de l’eau potable comme source d’énergie ou pour actionner une machine quelconque.
  • La Ville de Valcourt peut, pour cause de sécheresse, de bris majeurs de conduites d’aqueduc municipales et lorsqu’il est nécessaire de procéder au remplissage des réservoirs municipaux, par avis public, interdire dans un secteur donné et pendant une période déterminée, à toute personne d’arroser des pelouses, des arbres et des arbustes, de procéder au remplissage des piscines ainsi que de laver les véhicules ou d’utiliser de l’eau à l’extérieur, peu importe la raison. Toutefois, cette interdiction ne touche pas l’arrosage manuel des potagers et des plantes comestibles, en terre ou en pot, des jardins, des fleurs et des autres végétaux. Dans le cas de nouvelles pelouses, de nouvelles plantations d’arbres ou d’arbustes ou de remplissage de nouvelles piscines, une autorisation peut être obtenue de l’autorité compétente si les circonstances climatiques ou les réserves d’eau le permettent.

 

Pour consulter le règlement en entier, consultez la section Documents Publics. Pour toutes questions relatives à l’eau potable et ses installations, svp communiquez avec Jean-Yves Bullier au 450 532-3313 poste 1348 ou par courriel au jean-yves.bullier@valcourt.ca.